L'art video au Canada VtapeMusŽe virtuel du Canada
accueilexpositionartistesformationforumcourrierenglish

Il faut avoir les logiciels Quicktime ou Windows Media Player pour visionner les extraits vidéo présentés sur ce site. Cliquez sur un des liens ci-dessous pour télécharger un logiciel.


Quicktime Download
<br>link
Get Windows Media Player

Visitez les Liens pour trouver d’abondantes ressources en ligne sur la vidéo et les arts médiatiques, des lexiques, dictionnaires, mots-clés, maisons de production, festivals, distributeurs, histoire, sites Web d’artistes et davantage.

Paul Wong se sert de la vidéo comme miroir et comme sonde, à la fois pour découvrir sa propre identité et pour interagir avec le monde en général […]. Il est surtout connu pour son engagement direct avec des questions de race, de sexe et de mort.
– Peggy Gale

Paul Wong

L'artiste | Extraits vidéo | Version imprimable

Un oeuvre
de Paul Wong

À propos de Paul Wong

Depuis l'adolescence, Paul Wong se sert de la vidéo comme miroir et comme sonde, à la fois pour découvrir sa propre identité et pour interagir avec le monde en général. Établi à Vancouver, ce pionnier de la vidéo est un artiste lauréat de nombreux prix, un commissaire et un organisateur d'événements, de colloques et d'interventions publiques depuis les années 1970. Son travail est varié et éclectique, allant de la performance conceptuelle au récit complexe. Il est surtout connu pour son engagement direct avec des questions de race, de sexe et de mort.

Wong est actif au sein de la Satellite Video Exchange Society (également connue sous le nom de Video In), un centre de production vidéo, d'exposition et de distribution à but non lucratif, et ce depuis sa fondation en 1973. Par son engagement de longue date dans le centre et la communauté qu'il soutient, le travail de Wong a évolué dans plusieurs directions. Construite à partir de ses connaissances du quartier Main Street à Vancouver, sa série intitulée Main Street Tapes (1976-1979) comprend entre autres 60 Unit: Bruise, Murder Research et 7 Day Activity. En 1984, il complétait le projet Confused, une trilogie d'œuvres connexes. Parmi celles-ci, mentionnons The Confused Performance, une commande de la Music Gallery présentée dans le cadre de Video Culture à Toronto (1983), Confused: Sexual Views, œuvre d'une durée de neuf heures, et le récit dramatique de cinquante-deux minutes intitulé Confused. Confused: Sexual Views avait été la raison principale pour laquelle l'exposition de Wong, prévue à la Vancouver Art Gallery, avait été annulée par son directeur qui estimait le travail comme étant du « non-art ». Cette œuvre importante a toutefois occupé une place centrale lorsque l'exposition y a finalement été présentée en 2002.

Directeur artistique et cofondateur en 1985 des productions On Edge, qui produisent et présentent de l’art créé par de nouvelles voix, Wong s’est particulièrement intéressé aux oeuvres créées par des artistes asiatiques et d'origine asiatique en Amérique du Nord. En 1998, il était commissaire de Yellow Peril: New World Asians à la Chisenhale Gallery (Londres), une exposition de photographies, de films et d'œuvres vidéo réalisés par vingt-cinq Canadien(ne)s asiatiques qui a circulé au Canada en 1991; l'année suivante, le catalogue intitulé Yellow Peril: Reconsidered paraissait sous sa direction. On Edge poursuit ses activités : On Edge TV est un projet pilote récemment lancé qui vise à encourager l'utilisation des médias par les artistes.

À partir de sa première visite dans le sud de la Chine en 1982, Wong a de plus en plus porté attention aux enjeux raciaux et à ses racines. Écrite et tournée en 1989, So Are You est une étude entièrement scénarisée des quartiers rudes de Vancouver où la drogue, la prostitution et le racisme flagrant sont radicalement mis en opposition avec une nouvelle classe bien nantie et privilégiée de yuppies. Complétée en 1994, cette œuvre est troublante : sa réalité immédiate confronte le regardeur, exigeant de notre part une réévaluation de nos valeurs. Intitulée Refugee Class of 2000 (2000), une série de trois annonces d'intérêt public réalisée pour la Fondation canadienne des relations raciales, comprend Class of 2000, I Am a Refugee et Refugee Prisoner's Lament.

Hungry Ghosts (2003), sous le commissariat d'Elspeth Sage, est une sélection de dix-huit projets indépendants, effectuée pour la 50e édition de la Biennale de Venise en 2003. Créée pour être expérimentée sur un vaporetto (autobus aquatique) en mouvement sur le Grand Canal, l'installation de Wong est une reprise de scènes sélectionnées dans des projets existants, combinées à de nouveaux éléments pensés pour être projetés en multiples couches superposées. Wong faisait également partie de Habituation Cages, événement en direct conçu par Sara Diamond pour le Dutch Electronic Arts Festival (2003) et qui se voulait une expérience sur la collaboration et les nouvelles technologies. L'événement est documenté sur son site Web.

À l'été 2005, le travail de Wong était présenté dans le cadre de la Beijing International New Media Biennale, dont ses œuvres « late punk » des années 1970, comme sa performance in ten sity (1978) qui était projetée avec un mixage sur une seule piste de Hungry Ghosts. Dans une section séparée à part incluant d'autres Canadiens, il créait l'œuvre textuelle in situ Fifty Four Letter Words For China, utilisant ses Floral Alphabets (2003), des natures mortes photographiques de fleurs, manipulées par procédé numérique pour créer un lien avec les lettres de l'alphabet anglais. Dans un troisième espace, il montrait dix Imprints, de grandes images photographiques numériques tirées de Hungry Ghosts. Une grande rétrospective de son œuvre est prévue à la Vancouver Art Gallery en 2007, qui occupera la majeure partie de l'espace d'exposition du musée.

L'énergie de Wong est communicative. Il parle ici de son nouveau dispositif de travail : « Le studio numérique à domicile m'a donné pour la "toute" première fois la capacité de mixer, de combiner et de passer d'un médium à un autre : texte, photographie (diapositives, négatifs, épreuves), vidéo, photos de vidéo, son, graphisme - tout cela, dans le luxe de mon propre studio. Il s'agit d'un changement radical, qui me fait passer d'une sorte de bureau de production à un studio d'artiste. Auparavant, c'est la planification de la pré-production qui primait; tout était organisé pour faire une utilisation intelligente et rentable de services à l'extérieur. Aujourd'hui, la plupart des choses peuvent être réalisées ici : ça demande un travail fou, mais le processus de création pratique a changé le résultat. Pour la première fois, je peux travailler avec la photographie de la même manière que j'aborde le montage d'une vidéo. Plutôt que de construire dans le temps, j'y vais par couches. Les possibilités sont infinies. Je dispose d'archives ? incroyables, des milliers de diapositives couleur, de négatifs noir et blanc et en couleur, des centaines d'heures de vidéo » (correspondance électronique du 12 juin 2005).

Né à Prince Rupert, Colombie-Britannique, en 1955, Paul Wong a réalisé des projets et des œuvres qui ont été présentés au Canada, de même qu'en Chine et à Hong Kong, en Italie, au Japon, en Corée, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, aux États-Unis, et ailleurs. Ses œuvres font partie de plusieurs collections publiques, comme celles du Musée des beaux-arts du Canada (Ottawa), du Museum of Modern Art (New York), de la Banque d'œuvres d'art du Conseil des Arts du Canada (Ottawa) et de la Vancouver Art Gallery.

Lauréat du Prix Bell Canada d'art vidéographique en 1992, il fut le premier récipiendaire du Transforming Art Award décerné par l'Asian Heritage Foundation en 2002, de même que du Trailblazer Expressions Award en 2003, créé par le ministère du Patrimoine canadien, l'Office national du film et CHUM Limited (entreprise de communication et fournisseur de contenus parmi les plus importants au Canada). En 2005, Paul Wong recevait le Prix du Gouverneur général du Canada en arts visuels et en arts médiatiques.